Faits divers - articles de presse

Saint-Quentin - Un procès qui se fait attendre

Plusieurs membres d'une entreprise de pose de clôture devaient comparaître hier devant le tribunal à propos d'une affaire de détournements de fonds. Comme lors des quatre audiences précédentes, le procès n'a pu se tenir. Un nouveau report qui met en évidence toute la complexité du dossier.

Sept prévenus, une petite dizaine d'avocats mais toujours pas de jugement. Hier, l'affaire Betems, jugée en correctionnel, a de nouveau été renvoyée. Pour la cinquième fois.

Il faut dore que le dossier est particulièrement compliqué, tant sur la forme que sur le fond. On y retrouve pêle-mêele, n patron, des associés et des employés de cette société de pose de clôture soupçonnés d'abus de bien sociaux, de recel et de banqueroute ainsi qu'un fonctionnaire de la ville d'Amiens qui doit lui répondre de corruption.

Pour faire face aux difficultés de l'entreprise en 2005, une deuxième société a été créée afin de faire de la sous-traitance et ainsi alléger les charges de la première structure. Sauf que progressivement, tous les associés de la première société vont se retrouver dans la seconde et mettre fin aux activités de la première. Voilà pour les grandes lignes.

Pour les détails, il faudra attendre le 22 janvier, nouvelle date de procès retenue hier après une matinée de débats passionnés. Dans cet imbroglio, le procureur a soulevé que deux des prévenus, qui ont pourtant des divergences, disposaient des mêmes avocats. "Un conflit d'intérêts" selon les juges qui ont préféré reporter l'audience. Il leur reste maintenant près de deux mois afin de trouver un autre avocat.

HOMBLIERES - Ravel a donné de la voix dans l'église

L'église d'Homblières s'est refait une beauté. Pour célébrer l'événement, la municipalité a convié, dernièrement, l'Ensemble Vocal Maurice-Ravel de Ribemont.

Dès 20h30, les 60 choristes, tous habillés de noir et de blanc, ont gagné leur place et la jeune et talentueuse chef de chœur, Emilie Gibert a pris les commandes de cette "machine à quatre voix". Ils ont livré un répertoire varié et riche.

150 mélomanes conquis

Seize chants ont été interprétés dans la bonne humeur ; ils ont transporté les mélomanes en Russie, en Italie, en Ecosse, en Belgique, aux Etats-Unis et en France. Après ce concert de près d'une 1h30, chaleureusement applaudi par les quelque 150 mélomanes qui avaient bravé la pluie pour l'occasion, cet ensemble vocal a prouvé qu'il lui restait encore de la vitalité en interprétant d'autres chants au cours du verre de l'amitié, généreusement offert par la municipalité.

Cette belle soirée se renouvellera, le vendredi 4 décembre, à 20h30 en l'église de Vendeuil, à l'occasion du Téléthon.

Les parents d'Ambre veulent comprendre

Dix jours après l'accident mortel d'Urvillers, les parents de Fauve Gilbert, qui sont aussi les grands-parents d'Ambre Caramelle, la deuxième victime, ont décidé de porter plainte contre X.

"Nous voulons savoir ce qui s'est passé", indique Claudine Gilbert. "On a besoin pour pouvoir faire le deuil. Et la seule façon d'obtenir des réposnes est de porter plainte.". Le 31 août sur la D1044 près d'Urvillers, sa fille Fauve Gilbert, 21 ans, et sa petite-fille, Ambre Caramelle, 17 ans, ont perdu la vie après avoir percuté un camion de la DDE. Ce dernier venait de perdre une importante quantité d'huile après une panne de moteur.

Dans une descente, la conductrice avait perdu le contrôle de son véhicule après avoir glissé sur la chaussée grasse et humide.

Altercation au camping - Le gérant blessé à la tête

Jeudi soir peu avant minuit une bagarre a opposé le gérant du camping municipal à un campeur. Les deux hommes en sont venus aux mains. Dans un premier temps, une barre de fer ayant été retrouvée portant des traces de sang, les gendarmes ont pensé que l'objet avait pu être utilisé pour frapper l'adversaire. En réalité, le piquet avait été saisi après l'échange de coups, ce qui expliquait les marques laissées.

Un autre campeur, témoin de cette altercation, a tenté d'intervenir pour calmer les esprits. Il s'est saisi d'une bombe de gaz et en a aspergé les deux hommes afin de les séparer. Le gérant a été blessé à la tête en chutant lors de l'échange de coups.

Présentant un cran au niveau du cuir chevelu, il a été transporté au centre hospitalier. Son opposant dans la bagarre a été placé en garde à vue avant d'être relâché.

Pour les gendarmes de la brigade de Moy-de-l'Aisne, l'enquête est close.

Les deux hommes ont fait l'objet d'une convocation devant l'officier de police judiciaire pour s'expliquer sur les motifs du différend ayant entraîné cette empoignade.

La voiture plonge dans l'étang : grosse frayeur

Le fils du maire de Brissay-Choigny a connu une grosse frayeur, hier vers 4 heures du matin au volant de son véhicule.

Il roulait sur la route en direction de Vendeuil lorsqu'il a été surpris par un animal au milieu de la route. Il a donné un grand coup de volant pour l'éviter mais a ainsi perdu le contrôle de sa voiture qui a plongé dans l'étang qui longe la route. Le conducteur a pu sortir de lui-même de la voiture. Les gendarmes de la communauté de brigade de Ribemont ont effectué les premières constatations.

Un bébé mordu par un molosse

Une fillette de 20 mois a été mordue au visage mercredi après-midi par le chien de la famille, un américain staffordshire, race classée comme dangereuse. Elle a été conduite au centre hospitalier de Saint-Quentin. Ses jours ne seraient pas en danger.

Tout le monde a encore en mémoire la disparition d'une enfant de 6 ans le weekend dernier dans la Marne mordue par deux dogues allemands. Cette fois, c'est une fillette de 20 mois qui a été victime d'une morsure canine, mercredi vers 18 heures, à Vendeuil. Les conséquences sont moins dramatiques mais on a craint le pire.

D'après les premiers éléments, le bébé jouait avec la bête qui appartient à ses parents, lorsque celle-ci l'a violemment mordue derrière l'oreille. Ce coup de croc a provoqué une blessure extrêmement impressionnante qui a mis en branle les secours aussitôt prévenus par les parents.

Un hélicoptère du SAMU s'est posé sur le stade municipal afin de transporter au plus vite la petite victime. Finalement, les médecins se sont montrés un peu plus rassurant et c'est en ambulance que la fillette a été conduite au centre hospitalier de Saint-Quentin.

Consideré comme le cousin du pitbull, l'américan staffordshire terrier est classé comme chien dangereux depuis 1999. Très puissant il est doté d'un caractère bien affirmé. Malgré ces caractéristiques peu avenantes, le chien n'avait montré aucune animosité à l'égard de l'enfant jusqu'à présent. Le fait que ce molosse femelle allait mettre bas pourrait être l'une des raisons de ce coup de sang à l'égard de la petite fille. Celle-ci se trouvait toujours à l'hôpital hier soir, mais ses jours ne seraient pas en danger.

LA TRISTE LOI DES SERIES

C'est le quatrième drame de ce type qui se produit en quelques jours.

Samedi, une fille de 6 ans a été tuée par deux dogues allemands, des chiens qui ne sont pas classés comme dangereux par la loi.

Le lendemain un cane corso, qui n'est pas non plus considéré comme un animal dangereux blessait grièvement au visage un enfant de 5 ans. Mardi, un autre enfant avait été grièvement mordu par des chiens errants à Sarcelles.

"Le classement des chiens est une bonne chose mais ne dispense pas d'une bonne éducation quelle que soit la race." rappelle Jean-Pierre Debosshere spécialiste dans la formation de maître-chien. Et malgré toutes les précautions, une bête reste imprévisible.

Il faut rester vigilant, surtout avec les enfants."

Olivier DE SAINT RIQUIER

Une chienne Amstaff arrache l'oreille d'un bébé

Une fillette a été mordue hier par son chien. Sa mère l'avait laissée seule un court instant avec l'animal.

UNE chienne de type Amstaff a mordu, à l'oreille, une petite fille âgée de 20 mois, hier vers 18 heures, à Vendeuil, village situé à 17 kilomètres de Saint-Quentin. Le bébé a été transporté par l'hélicoptère du Samu au centre hospitalier de Saint-Quentin, où elle a été prise en charge par l'équipe médicale des urgences.

Plusieurs points de sutures ont été effectués sur l'oreille du bébé. Le drame s'est déroulé dans le jardin d'une habitation à quelques mètres du centre-ville de la commune de Vendeuil.

Juste avant les faits, la mère de l'enfant faisait une promenade dans le jardin avec son bébé profitant du temps particulièrement ensoleillé. La chienne de la famille, un American staff en attente de petits chiots est pour sa part, couché dans le jardin.

Afin d'éteindre le feu du repas du soir qui mijotait sur la gazinière dans la cuisine, la mère a abandonné, un court instant, son enfant dans le jardin. Profitant de ces quelques minutes de liberté, le bébé s'est approché de la chienne. Celle-ci, sans doute énervé par sa situation de future mère, a lancé un coup de gueule en direction de l'enfant qui venait vers elle. Une partie de l'oreille a été arrachée sous le coup de dents aiguisé de l'animal.

La mère qui est arrivée rapidement au secours de sa fillette a aussitôt téléphoné aux pompiers. Devant le fort saignement de la blessure à l'oreille, les médecins urgentistes ont effectué le déplacement sur les lieux de l'accident avec l'hélicoptère du Samu. Ce sont les pompiers de La Fère qui ont conduit l'enfant vers l'aire d'atterrissage de l'hélicoptère où le bébé a été rapidement pris en charge. Sur place, les gendarmes de la communauté de brigades de Ribemont ont effectué les premières constatations. Ils ont aussi vérifié que les propriétaires de la chienne détenaient toutes les autorisations pour que le molosse fasse partie de la famille.

Course VTT du 11 janvier 2009

Les gendarmes recherchent des voleurs armés

Il est 16 heures lorsque l'alerte est donnée. Des individus, au moins trois, se sont introduits quelques minutes plus tôt dans une maison pavillonnaire de la commune de Vendeuil, profitant de l'absence de ces occupants. Dans la maison, ils trouvent les clés du 4x4 des propriétaires garé juste devant, l'occasion faisant le larron ils décident de repartir avec. Les voleurs ont emporté plusieurs armes à feu. Ce qui à la base n'est qu'un simple home-jacking devient d'un seul coup plus inquiétant pour les gendarmes : car un témoin, qui a aperçu les allées et venues occasionnées par le chargement du butin indique aux militaires que les voleurs ont emporté des armes à feu. Plusieurs, essentiellement des fusils de chasse. Immédiatement, le capitaine Michel Houdain commandant la compagnie de gendarmerie de l'arrondissement de Saint-Quentin déclenche le plan recherche de malfaiteurs (anciennement plan Epervier). Des barrages filtrants sont mis en place, les patrouilles des différentes brigades de l'arrondissement quadrillent le secteur à la recherche du véhicule suspect et de ses occupants tandis que des militaires inspectent la maison visitée à la recherche d'indices et d'empreintes permettant d'identifier les cambrioleurs. Malgré l'important dispositif engagé ainsi que le signalement très précis du véhicule et de ses occupants, le plan recherche de malfaiteurs a été levé vers 18 heures sans que les gendarmes n'aient réussi à mettre la main sur ses voleurs armés jusqu'aux dents. L'enquête qui vient juste de s'ouvrir devrait permettre notamment de savoir si les voleurs connaissaient la présence de ces fusils de chasse dans cette maison et s'ils ont opéré dans le seul but de faire main basse sur ces armes à feu. Les enquêteurs comptent maintenant sur les relevés effectués dans la maison de Vendeuil pour remonter la piste jusqu'aux voleurs.

Reconnaissance du circuit du championnat régional par Jack Tellier